Sélectionner une page

La vidéo-surveillance intelligente (2/2): respect des libertés individuelles et sensibilisation du public

par | Oct 25, 2018 | Business

La vidéo-surveillance intelligente (2/2): respect des libertés individuelles et sensibilisation du public

 

Dans notre article précédent (La vidéosurveillance intelligente 1/2 : un gisement de valeur inexploité), nous avons mis en lumière les avantages concrets qu’apportent la reconnaissance d’image à la vidéosurveillance. En effet, il est déjà possible pour les entreprises de se munir de caméras intelligentes capables entre autres de prévenir des troubles à l’ordre public, alerter d’un danger ou encore d’aider les entreprises à être plus performantes et les consommateurs plus satisfaits. Mais le développement de ces nouveaux outils de captation et d’exploitation vidéo inquiète à juste titre la CNIL, qui réclame un encadrement juridique de la reconnaissance faciale. Elle reconnaît la légitimité des caméras intelligentes, mais elle craint pour les droits et libertés individuelles, notamment la liberté d’aller et venir anonymement.

Si la question de la réglementation sur les données personnelles doit absolument être abordée pour protéger les citoyens, elle n’empêche en rien le développement des caméras intelligentes, car les usages de la reconnaissance d’image ne se limitent pas aux individus, mais traitent les données de l’action humaine dans son ensemble. Il faut prendre en compte les questions des données personnelles, et s’y préparer, mais il faut également sensibiliser les citoyens au sujet de la vidéosurveillance intelligente, afin que le débat ne se limite pas à la crainte d’une technologie liberticide, mais qu’il s’ouvre à la compréhension des avantages réels qu’apportent cette technologie, déjà très réglementée, en termes d’assistance et de protection.

Il est donc important de mettre en place de bonnes pratiques préconisées par la CNIL et d’anonymiser les jeux de données lorsque des visages sont visibles, afin de protéger l’identité des individus. Pour cela, il est tout à fait possible de flouter les visages ou de les couvrir d’un carré noir afin de ne pas dévoiler leur identité. Ainsi, la caméra intelligente reconnaît les actions humaines, mais pas les visages, protégeant ainsi les individus d’une utilisation frauduleuse de leur identité.

 

D’autre part, les entreprises technologiques ont un grand rôle à jouer sur la sensibilisation aux enjeux des caméras intelligentes auprès du public. La société nourrit déjà beaucoup de fantasmes sur les risques liés à la vidéosurveillance d’une part, et l’IA d’autre part. Il n’est donc pas surprenant que ses craintes s’intensifient dans le cadre de la vidéosurveillance intelligente. Les entreprises d’IA doivent donc participer au débat et apporter leurs savoirs afin de surpasser les freins psychologiques liés à la crainte de l’espionnage des usagers et du flicage des employés et faire valoir les nouvelles technologies de reconnaissance d’image en soulignant le rôle de prévention, de protection et d’assistance des caméras intelligentes.

Nous pensons avec la CNIL qu’un nouveau cadre juridique adapté aux évolutions technologiques est nécessaire pour protéger la liberté des citoyens, mais il ne faudrait pas que ce cadre contraigne trop les entreprises souhaitant développer la reconnaissance d’image, car dans le cas de la vidéosurveillance comme dans d’autres, celle-ci participe à augmenter la sécurité des personnes sans qu’aucune forme de reconnaissance faciale n’ait nécessairement lieu et plusieurs méthodes d’anonymisation des visages existent, en conformité avec la RGPD.

Plus d’information sur la RGPD et les applications de reconnaissance d’image, ici

Share This